Joie & Tristesse

Vers l’âge adulte (et au-delà)

9 mars 2018
toy-story-3

“L’adolescence, c’est comme une seconde naissance qui se ferait progressivement. (…) Quitter l’enfance, faire disparaître l’enfant en nous, c’est une mutation. Ça donne par moments l’impression de mourir…”

Françoise Dolto

Ainsi, si à un moment dans sa vie, on se met à faire des cauchemars un peu morbides – comme se retrouver à l’intérieur d’un corbillard, ou périr englouti sous un raz-de-marée… – pas de panique, c’est plutôt bon signe !

Oui, l’adolescence peut parfois prendre un certain temps. Par exemple, quand on la commence vers 13-14 ans et qu’on la termine à plus de quarante-trois : trente années, ça commence à faire beaucoup en effet…

De fait, “devenir un homme” n’est pas toujours évident. Surtout si, dès le départ, on n’avait déjà pas accepté d’être un garçon. Depuis ce jour fatidique où, sans s’en rendre compte, on l’a vécu comme une malédiction.

Alors quand, depuis l’enfance, on a tout fait (inconsciemment) pour ne pas se sentir masculin, la perspective de passer à l’âge adulte, en tant que “vrai” homme, n’est certes pas des plus réjouissantes : un conflit permanent.

Mais le plus important, c’est de ne jamais baisser les bras. Continuer à y croire pour garder l’espoir, car on finit bien par lever tous les blocages. Comme dit l’autre, patience et longueur de temps, font plus que force ni que rage

Puis un jour, on est prêt à larguer les amarres. À l’image d’Andy dans le très beau final de Toy Story 3 :

“Bonne route, partenaire…”

 

Articles similaires

0 commentaire

Laissez un commentaire

Top