Doute & Confiance

Prise de confiance

27 avril 2017
gravity

Face aux perturbations de ces derniers temps, voici les mots que je me suis écrits l’autre soir, spontanément :

J’ai confiance en moi.
J’ai confiance en toi.
J’ai confiance en nous.
J’ai confiance en tout.
J’ai confiance en l’amour.

Et bien sûr, cela m’a profondément apaisé.

Quelques heures auparavant, je m’étais rendu compte que je ne faisais pas confiance à quelqu’un qui importe beaucoup pour moi. Si je ne lui faisais pas confiance, c’est que je ne me faisais pas confiance. Et inversement.

Pourtant, j’ai déjà entendu mille fois que le plus important dans la vie, c’est de (se) faire confiance. Mais cette évidence, si je l’avais « comprise » intellectuellement, je ne l’avais pas encore « comprise » émotionnellement.

Tout simplement parce que ce n’était pas possible. Il y avait trop de résistances. Trop de blocages.

Dans mon histoire, la confiance est morte le jour où j’ai été renié par celle qui représentait tout pour moi… Alors, je n’ai jamais plus fait confiance à qui que ce soit, réellement. J’en donnais l’illusion, mais je me mentais. Je n’ai donc plus jamais pris le risque de l’amour, le vrai, sans faux-semblants, où l’on accepte de s’abandonner.

Il m’aura fallu traverser le deuil de ces derniers jours pour me rendre à cette évidence. Et donc m’en libérer.

Pour remplir, il faut aussi vider.

C’est tout le message du film « Gravity », le plus grand choc visuel et émotionnel de ces dernières années :

« Comme dans la plupart des survivals, le récit s’accompagne de considérations existentielles sur la vie humaine. Dans Gravity, cette réflexion s’articule en particulier autour du deuil. (…) Cette idée de la transformation alchimique comme métaphore d’une transformation psychologique n’est pas nouvelle. »

Extrait du « Ciné-Club de M. Bobine »

On sait que derrière chaque épreuve, il y a toujours une renaissance.
Faire face au plus grave, pour que plus rien ne soit grave.
Par-delà toutes nos angoisses, « ne rien lâcher ».

Jusqu’à réussir à mettre des mots dessus…

Articles similaires

2 Commentaires

  • Répondre Amandine L. 28 avril 2017 à 8 h 05 min

    Encore un grand pas vers vous ce message… Vous atteignez le cœur du sujet !

    L’extrait de la critique sur Gravity est très juste, la transformation peut s’opérer lorsque l’on a fait le deuil. C’est douloureux, avec des remous à chaque passage, on croit y être et finalement pas encore tout à fait, alors parfois on enrage.
    Sans recherche et accueil, l’être humain peut longtemps rester le bébé qui hurle lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il souhaite.

    Finalement, la mort est une renaissance…

    • Répondre Olivier - Tréma & Trauma 28 avril 2017 à 19 h 12 min

      Merci beaucoup pour ces mots, vraiment.

    Laissez un commentaire

    Top